LE PROJET 2021

Sound Sisters est un projet de l’association Les Merry Pranksters, né d’un constat simple mais percutant : les femmes & les minorisé·e·s de genre occupent encore une place toute relative dans les métiers des musiques actuelles, et continuent de se heurter à des freins liés à l’hétéronormativité de notre société.

Ce projet a pour objectif de penser des plans d’action en faveur de l’insertion professionnelle des femmes & minorisé·e·s de genre dans les métiers des musiques actuelles, dans une démarche de lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

Nos objectifs

Notre démarche s’est principalement articulée autour de ces objectifs :

  • favoriser les échanges pour analyser, entre autres, les stéréotypes qui nous construisent et qui entraînent préjugés, discriminations et difficultés d’accès aux métiers
  • échanger, s’interroger, discuter, écouter, partager ses expériences et son ressenti, s’inspirer de son vécu pour établir des constats et penser ensemble à des préconisations pour pallier les problématiques d’inégalité, et envisager la lutte contre les violences sexistes et sexuelles avec des outils solides et mutualisés
  • fédérer et inspirer grâce aux témoignages de femmes engagées dans leur profession, dans une réelle démarche de mentorat et de sororité
  • mettre un place un réel contexte de networking, de réseau, et d’accompagnement professionnel sur le long terme, avec une mise en pratique des compétences acquises lors des journées ateliers 
booking programmation

Rencontres et mentorat

Les 5 premières journées étaient consacrées à la découverte des métiers à travers le parcours et le témoignage de plusieurs intervenantes inspirantes, intégrées professionnellement dans le milieu des musiques actuelles. Les interventions alternaient ainsi entre des échanges sur leur cœur de métier et des témoignages autour de leur expérience en tant que femme dans ces milieu professionnel.

Quelles sont les stratégies qu’elles ont mises en œuvre pour s'insérer dans ce milieu ? Quels sont les obstacles qui sont encore à faire tomber ? Comment s’emparer ensemble des outils qu’elles ont construits pour faire avancer efficacement l’égalité des genres dans notre secteur ?

Pour ce programme 2021, le projet Sound Sisters a proposé les journées suivantes :

  • Le management d'artistes avec Ziggy Hugot
  • L'administration & la production avec Caroline Varall
  • La programmation & le booking avec Bérengère Allegret
  • La direction de festival avec Lucie Taurines
  • La direction & la régie technique avec Nathalie Solia

Ateliers ludiques et rédaction de la charte

Chaque après-midi, les associations d’éducation populaire rEGALons-nous et le Crefada animaient un temps dédié à des ateliers ludiques et participatifs pour échanger, s’interroger, discuter, écouter et apporter un cadre de réflexion. Ces ateliers ont permis, à partir de constat croisés, d’établir des préconisations pour améliorer l’accès à certains métiers et d’élaborer la charte officielle du projet Sound Sisters.

Il s’agit de partir de la pratique des participant·e·s et de privilégier l’approche ascendante et transversale de la construction des savoirs. La matière première est constituée de situations concrètes, de vécus personnels et professionnels et de retour d’expériences. Cette matière permet de nourrir des prises de conscience et la réflexion nécessaires au cheminement d’émancipation et de transformation sociale visées. L’éducation populaire offre ainsi un espace-temps d’expérimentation collective, où l’action et la réflexivité se font écho en permanence.

sound sisters

Journée de clôture et restitution publique

La journée de clôture a réuni l'ensemble des participant·e·s des précédentes rencontres afin d’échanger et de faire le point sur les travaux de groupes, pour en identifier les similarités et pour proposer une réflexion et un échange plus larges. Cette journée s'est déroulée au Dock des Suds et a été couplée d'une visite guidée en compagnie de Nathalie Solia, ancienne directrice technique de ce lieu emblématique. 

Les travaux menés durant les temps d'échange de chaque journée d’atelier ont ainsi été mis en commun et formalisés lors d'un ultime atelier collectif, afin de finaliser la rédaction de la charte pour l'égalité des genres dans les métiers des musiques actuelles.

La restitution publique des travaux et de la charte était ouverte au public et présentée sous la forme d'une table ronde entre différentes parties prenantes du projet : Clara et Lucie, fondatrices du projet ; Caroline Varrall, Bérengère Allegret et Ziggy Hugot, intervenantes métiers ; Antinéa Lestien, intervenante du collectif d'éducation populaire féministe rEGALons-nous! ; Soraya, Basma et Sa'ûl, participant·e·s du programme Sound Sisters ; et Dominique Bianchi, partenaire du projet avec sa structure Éclosion13.

HAUT